Website Ribbon LDP: Annonce : les Carnets de Ludivine van de Spock

mercredi 22 août 2007

Annonce : les Carnets de Ludivine van de Spock

Bon, avant de faire ma valise et de rentrer à GrossParis, je vous annonce l'arrivée prochaine des Carnets de Ludivine van de Spock.

Où vous saurez tout savoir sur :

  • les unités de distance dans l'espace (non, Francoiseke, on ne saurait dire "ce monsieur n'est vraiment pas une année-lumière", parce que l'année-lumière est une simple unité de distance, plus précisément 9.461 milliards de kilomètres, ce qui correspond justement à la distance parcourue par la lumière en un an, ca vous le savez, mais savez-vous savoir ce qu'est un parsec ? Ou une unité astronomique ? ) ;
  • le cycle de vie des étoiles, du nuage stellaire à la supernova ;
  • les problèmes soulevés par le voyage interstellaire ;
  • la probabilité de l'existence d'autres civilisations technologiques dans la galaxie (connaissez-vous le paradoxe de Fermi ?) ;
  • la théorie des cordes et la tentative d'aboutir à une théorie quantique de la gravité visant à unifier les quatre forces fondamentales de l'Univers (interaction forte et faible, électromagnétisme, gravitation)
  • et caetera

Voilà voilà, bon il est temps que Ludivine fasse ses bagages tout ca, car elle ne saurait simplement se téléporter (Scottie, Energie, une fois !), d'ailleurs meme si Scottie envoyait la sauce et téleportait Ludivine, faudrait quand meme faire ses bagages...

Allez, Longue Vie et Prospérité, une fois !

3 commentaires:

Songe a dit…

C'est un Couiiizzz ? On gagne un kado ?
*
- l'UA (unité astronomique) est la distance nous séparant de notre bon vieux soleil.
*
- le parsec est l'unité de distance astronomique de base dont la définition mathématique est super chiante (en gros cela correspond au calcul d'une parallaxe en secondes d'arc entre deux étoiles .. parallaxe .. seconde ... contraction = parsec). Plus simple, 1 parsec vaut un peu plus de 3 années lumières. Notre voisine, Alpha Centauri est ainsi à de mémoire 1,3 parsec de nous. Soit déjà plus de 4 années lumières. Et si vous aimez vous noyer dans des considérations impossibles, nous-mêmes nous trouvons à 8 kilos (8.000) parsecs du centre de notre bonne vieille Milky Way (soit un bled paumé de banlieue). Quant à la galaxie suivante (Andromède), c'est carrément 800 kilos parsecs qui nous en séparent (soit 2.600.000 années lumières ... ce qui fait que quand on lève les yeux vers Andromède on observe des évènements s'étant déroulés là-bas du temps de notre ancètre australopithèque).
- Paradoxe de Fermi où en théorie, même en imaginant la plus stupide et crétine des races extra-terrestre se déplaçant à une vitesse inférieure à la lumière et se contentant de faire des petits sauts de puces d'un système à l'autre et développant ses planètes avec une croissance à faire frémir de délice les downshifters les plus extrémistes (genre 0,000001% de croissance annuelle), cette race se répendrait malgré tout tel un abominable fromage gras sur l'ensemble de la galaxie en à peine quelques centaines de milliers d'années (la notion de vitesse devenant négligeable une fois comparée à la multiplication exponentielle du nombre de ses vaisseaux de colonisation). Ce paradoxe est parfaitement illustré sur notre bonne vieille terre par notre amie la fourmi, ou plutôt la fourmillière... Bref en théorie, ça devrait déjà faire belle lurette que nous devrions plier sous le joug implacable de nos voisins limaces de l'espace. A moins que nous soyons nous mêmes les précurseurs de la société intergalactique des limaces. Ou encore que toute société post-spatiale productiviste est vouée à son inéluctable auto-digestion avant ... bref je m'égare et vous laisse imaginer la suite de ce paradoxe fascinant :o)

Adonhiram a dit…

Pas mal, Songe, les réponses sont justes, bravo !.

Notre voisin immédiat est en revanche Proxima du Centaure et non Alpha du Centaure, quoique les deux étoiles appartiennent au meme système (elles tournent l'une autour de l'autre, ca arrive parfois qu'un système soit double ou triple, à la différence de notre système solaire). Proxima est ainsi à 4,2 années-lumière, Alpha un peu plus.

4,2 al, c'est la banlieue toute toute proche (genre l'immeuble qui donne sur le périphérique à Levallois), et pourtant, il aurait fallu 19.000 ans à la sonde spatiale ayant atteint le vitesse la plus élevée dans l'histoire de l'humanité pour arriver jusqu'à Proxima Centauri (la sonde allemande Helios 2 qui a battu le record de vitesse avec 253.000 km/h ).

Et oui, une fois zappé l'explication mathématique hyper chiante sur les parallaxes et tout ca, un parsec vaut environ 3,2 al.

Bravo pour le paradoxe de Fermi, c'est exactement ca. Mais Fermi a zappé la question de l'autolimitation de l'expansion des éventuelles civilisations galactiques (pour des raisons éthiques ou économiques)et l'argument subluminique n'est valable que si on raisonne à l'intérieur de la Voie Lactée. Au sein de notre propre galaxie, meme des vitesses très subluminiques (les scientifiques pensent que la vitesse optimale serait de 0.1c, soit 10% de la vitesse de la lumière, parce que les effets de dilatation temporelle sont négligeables jusqu'à ce seuil) n'empecheraient pas en effet une colonisation de la galaxie en quelques millions d'année, ce qui reste très court à l'échelle cosmique (l'univers a apprx. 13,5 milliards d'année et notre Terre s'est formée il y a 4,5 milliards d'année).

Mais l'argument devient moins irréfutable si on raisonne au-delà de notre galaxie. Les distances deviennent alors tellement plus grandes (la Voie Lactée fait environ 100.000 al de diamètre, mais comme le dit Songe, la galaxie voisine est carrément à 2,6 millions al du centre de la Voie Lactée) que une éventuelle colonisation transgalactique nécessiterait des échelles de temps nettement supérieures à quelques millions d'années. En raison du quasi-vide immense séparant les galaxies entre elles, donc l'impossibilité de créer des relais coloniaux (pas de planètes pour se mettre en orbite, pas de ressources en termes d'énergie -rayonnement d'une étoile, matières premières, etc.-), il n'est pas sur qu'une civilisation maitrisant le voyage subliminique interstellaire puisse quitter sa propre galaxie.

Donc il serait théoriquement possible que des civilisations spatiales se soient épanouies dans d'autres galaxies mais soient dans l'impossibilité matérielle de quitter leur galaxie, ou du moins que cela nécessiterait une échelle de temps tellement supérieure que le paradoxe de Fermi ne s'appliquerait plus (l'argument principal étant que meme à des vitesses subliminiques lentes, la Voie Lactée aurait du etre colonisée en quelques millions d'années).

Quant qu voyage supraluminique, il est en l'état actuel de la science théorique, et cela en dépit de l'hypothèse tachyonique (certains scientifiques postulent l'existence de tachyons, comme dans Star Trek, quantas capables d'aller plus vite que la lumière) ou des célèbres trous de ver (ponts de Einstein-Rosen reliant des trous noirs entre eux), impossible. On ne saurait donc, aujourd'hui, imaginer qu'une civilisation ait trouvé un moyen de dépasser la vitesse de la lumière, qui est elle-meme trés lente à l'échelle de l'Univers (elle parait rapide pour l'homme avec ses 300.000 kilomètres/seconde, mais songez que meme à cette vitesse il faut plus de 4 ans pour aller voir le voisin le plus proche ou 5 heures pour atteindre Pluton à l'intérieur de notre propre système)de surcroit.

Mais non, les Carnets de Ludivine van de Spock ne sont a priori pas un couizz. Ludivine va essayer dans les prochaines semaines d'en réaliser une version audiovisuelle si elle parvient à piger comment ca marche Myspace ou autres YouTube.

Adonhiram a dit…

AHHHH quelques mois plus tard, je constate que j'avais quand même bien bossé et amassé une sacré documentation scientifique pour le premier épidosde des Carnets de LvdS, sorti seulement en février 2008 :-)