Website Ribbon LDP: Soleil Vert

samedi 2 août 2008

Soleil Vert

[[ MISE au "POINT" (11 août 2008): M. Le Coz exerçant son droit de réponse conteste énérgiquement la façon dont ses propos ont été retranscrits par l'organe central de la pensée sarko-UMPiste : Le Point. Je persiste à dire que les monstres existent. Mais il semble qu'il faille plutôt les chercher du côté des journalistes et responsables éditoriaux de cet hebdomadaire de propagande, promoteur décomplexé d'une idéologie de droite abjecte et révoltante.]]

Nul besoin d'aller chercher du côté de Pékin pour se faire peur. Les monstres, les vrais, sont déjà chez nous. Ils pensent. Et ils écrivent.

"Avec le vieillissement de la population que l'on n'a pas correctement anticipé et la multiplication des pathologies associées à l'allongement de la vie, on s'inquiète des dépenses à venir. Nos ressources n'étant pas illimitées, il faut essayer de les répartir de façon plus rationnelle. Aujourd'hui, on est bien obligé d'admettre que, si la santé n'a pas de prix, elle a un coût. Et les médecins doivent désormais tenir compte du prix des médicaments dans leurs décisions. Notre vision va devenir "sacrificielle" : il vaut mieux correctement prendre en charge un père de famille de 40 ans, qui est rentable pour la société, qu'une personne de 80 ans qui n'a plus toute sa tête. C'est évidemment un constat tragique. Mais nous n'avons pas le choix."

C'est dans Le Point et c'est signé Pierre Le Coz, Agrégé de philosophie, docteur en sciences de la vie et de la santé et vice-président du Comité Consultatif National d'Ethique ( !!! )

9 commentaires:

Sylvianne Spitzer a dit…

mwouais, ça me fait rire de lire ce que l'on sait depuis longtemps, mais qu'on n'a jamais osé dire...
C'est bien beau ce préconiser l'allongement du temps de vie (vive la DHEA !), mais il faut surtout se poser la question dans quelles conditions. Or pas de secrets, plus on vieillit plus on a de soucis de santé.
Toujours la dissonnance entre réalité et idéal.
On peut toujours suggérer (dcemander ?) à nos chers politiciens d'arrêter les gardens parties et les déjeuners dans les restaurants étoilés.
Ca s'appelle une utopie non ?

Allez, à la santé des petits vieux que nous serons tous un jour !

Songe a dit…

De deux choses l'une, soit ton commentaire n'a aucun sens, soit il en a un, parfaitement nauséabond et ignoble.

A mes yeux, le problème c'est qu'aujourd'hui des gens comme l'abject Pierre Le Coz, "osent" dire l'indicible.

Une des conséquences immédiates de cette verbalisation de l'indicible est que certains esprits frustres et incultes, abrutis par des années d'idéologie TF1 et M6, se croient du coup autorisés à éructer des propos de comptoir comme les tiens. Et "osent" venir les répandre ici et là comme la fiente qui coule du cul des trolls.

Tu suggères donc qu'une vie de vieux ne vaut peut-être pas la peine d'être vécue puisque par définition elle sera "mal vécue"...

J'espère que tu as posé la question à tes parents ou grand-parents. A l'occasion d'ailleurs, demande-leur vers quel âge ils estiment précisément que leur "vie de vieux" ne vaut plus la peine d'être vécue au regard de tous leurs "soucis de santé". J'espère également que c'est une question que ne manqueront pas d'évoquer tes enfants quand tu seras bien vieille, dépendante, que la DHEA ne sera plus pour toi qu'un souvenir de ta peri-ménopause, et que tes petits-enfants refuseront de t'embrasser parce que tu t'es encore pissée dessus.

Sinon pour t'aider à approfondir le sujet, je t'invite à te documenter sur ce que fut sous le IIIe Reich Hitlérien le programme "Aktion T4", son inspiration idéologique (« Vernichtung lebensunwerten Lebens » : vies indignes d'être vécues), et les conséquences qui en découlèrent.

Abiram a dit…

Merci de signaler ce nauséabond discours.

En plus du texte lui-même, le commentaire de Sylvianne est assez remarquable en ce sens que l'un comme l'autre nous invite à accepter l'inacceptable au nom du réalisme économique. C'est un point de vue à rejeter totalement.

Et au delà de ce point de vue abject, il convient aussi de souligner le caractère inacceptable de la confusion que ce type de position entretient entre "communauté" et "société".

S'il existe bel et bien une "communauté" de vieux n'ayant plus toutes leurs capacités, au même titre qu'il existe une "communauté" de juifs, de musulmans, de fonctionnaires ou de corses, il ne faut confondre aucune d'entre elles avec la "société" qui est cet ouvrage dont nous tentons tous chaque jour de poursuivre la construction bon gré mal gré, sans cesse remis sur le métier et qui est défini par ce pari un peu fou que, pour paraphraser Martin Luther King, nous devons apprendre à vivre tous ensemble comme des frères faute de quoi nous mourrons tous ensemble comme des idiots.

Petite note en passant en réaction à la réponse de Songe à propos de la proximité effective de pensée avec l'idéologie du IIIème reich : il ne faut pas renoncer à lire "Mein Kampf" sous des prétextes politiquement corrects car c'est édifiant en tant qu'exemple de dérive grave de la pensée.

Merci encore d'avoir signalé cet article qui ne doit pas rester sans réponse en dépit de la moiteur de l'été.

Sylvianne a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Songe a dit…

@ sylvianne spitzer

Ce blog est un espace d'expression libre mais modéré (a priori).

J'ai beau relire ton second commentaire, même en déployant des trésors d'indulgences, je n'y vois qu'une juxtaposition de lieux communs, d'idées reçues et d'âneries à la limite du tolérable.

Le reste est un fatras d'inexactitudes et d'affirmations gratuites non argumentées ni documentées.

Nous sommes donc bel et bien dans le cadre de propos de comptoir.
Y répondre prendrait malheureusement beaucoup trop de temps et d'énergie pour le bénéfice escompté. Et peu me chaut que tu y vois de la prétention.

En conséquence, comme cela n'apporte rien au débat et qu'il n'est pas question de laisser des propos de troll envahir ce blog, je supprime ton second message et t'invite à aller publier à l'avenir tes réflexions ailleurs.

Cordialement,

Laurent a dit…

Eh oui!! tout cela semble bien horrible mais va entiérement dans le sens d'une société tournée vers la rentabilitée maximale.
Une bonne solution consiste à s'économiser physiquement en vue de nos vieilles années, refuser
de se reproduire et consommer
au minimum....
Le "modèle économique" actuel fonctionnerait beaucoup moins bien si ce conseil était suivi massivement.
Hier encore j'ai surpris un cadre
commercial dans un hatitude "Brazilienne" typique : c'est flippant

Loge II Le Retour a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Loge II Le Retour a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Loge II Le Retour a dit…

Bon, tant de passions, tant d'enthousiasme trépidant pour le coût de la hanche artificielle ou le soin des varices, pour le remboursement de l'opération de la prostate ou celui de la DHEA...

- Et ça marche pas la DHtrucmuche, Sigmund peut en témoigner, j'en ai pris 3 ans, de la DHbidule, de la bonne, de la blanche, de l'américaine... Queue dalle ! Pas une ridule en moins ni un orgasme en plus ! Roselyne a raison de ne pas rembourser, je vous le dis !

Bref, tant de débats sur le surcoût sociétal du vieux par rapport à la rentabilité de jeune cadre commercial, pour faire plaisir au précédent bambin (il était mignon, au moins, ton cadre que tu as pris avec élan ?), cela me laisse pantois.
Après mûre réflexion, moi, personnellement, moi-même disai-je, ye ne me sens pas concerné.

Je n'ai jamais été rentable pour la société, j'espère bien ne jamais le devenir.

Enfant, ado, adulte, je coûte, je coûte... et je m'obstine à ne servir à rien ! Alors, coûter, à notre chère société, autant dans la trentaine que dans la otantaine (et tonton), ça me rassurerait plutôt.
Cela veut dire qu'avec les impôts et l'érection matinale, il y a des facteurs de stabilité voire d'invariance dans notre société post moderne (et attention, point d'objections, je vous vois venir, y'a Viagra pour l'érection matinale des vieux liquides).

Moins on est rentable, plus on est durable, je vous le dis moi qui suis un grand sous-developpé...