Website Ribbon LDP: Si Ludie m'était contée

lundi 19 juillet 2010

Si Ludie m'était contée


Salut à toi le milicien al shabab qui fait des heures supplémentaires défiscalisées, salut à toi le ‘tit n’enfant au fond de la mine qui ne consulte pas ses mails, salut à toi le trésorier que Nanterre désespère, bref celles et ceux qui n’étaient pas invités à la making of party de vendredi, alors pour redonner un sens à ta vie, voici en exclusivité le thème de Mlle. Ludivine van de Spock.

L  U  D  I  V  I  N  E  V  A  N  D  E  S  P O C K
3  3  4   9  4  9  5   5  4   1   5  4   5  1  7  6  3  2

1 2 3 4 5 6 7 8 9
2 1 3 4 4 1 1 0 2

L’ordonnancement très régulier du thème donne à penser que le métissage Vulcano-Belge s’est probablement accompagné par l’introduction d’un gène Prussien sous une quelconque soupente d’un vaisseau NCC il y a déjà pas mal de temps.
L’énergie de Mlle. Van de Spock est partagée entre son désir de faire en quantité (quitte à imposer des cadences infernales lors de pseudo-vacances à son entourage) et son besoin d’être en qualité (on retiendra la perfection d’un baise main à une vieille péripatéticienne au nom de l’intégration des pays d’Europe centrale). On navigue entre deux élans parfois contradictoires, base égotique assez mouvante, préférant naturellement le confort d’un fauteuil lit de la Lufthansa à la moleskine prolétarienne d’un easyJet.
Lorsque Mlle. Van de Spock s’associe elle a tendance à vouloir garder la position dominante, (sauf dans le domaine de la reproduction), mental incisif avec des réactions émotionnelles impulsives et inconfortables (surtout pour les bonnes de passage) à trop vouloir rester la seule maîtresse à bord (après bien sûr le Capitaine Picard, n’est-il pas si viril ?). On aime se regarder (plasma, HDTV 1080p, 152 cm au moins) et se féliciter, image brillante et colorée déversant champagne et petits-fours applaudie par sa cour pour sa créativité sublime telle une Paris Hilton (les bottes roses en plus).
Discipline et rigueur, (voire gène Prussien), on bâtit clip par clip. Stabilité rimant avec sécurité mais aussi routine et résistance au changement (archétype de la vieille qui nourrit ses chats). Désirs de changements (je n’ai pas dit Désirs d’avenir) contingentés par un train de : « il faut parler aux caissières du Franprix », « tu devrais quand même bosser tes rapports ».
Relation au corps dictatoriale, coupe Sagan/Bacall, (parfois bancale ?), le corps doit suivre (quitte à se casser la gueule avec ses talons de 15cm de haut), les réactions rapides prennent souvent le pas sur la décontraction tranquille (quoique les nouveaux petits cœurs féminisent ce visage parfois si blafard qu’il ferait passer Robert Pattinson pour une pauvresse couperosée).
Si le monde imaginaire de Mlle. Van de Spock est très riche, ses tendances tyranniques font parfois d’elle une chieuse (témoignent anonymement mais en chœur : le personnel volant d’easyJet, ses conseillers coiffeurs visagistes, l’Homme à la caméra, Monsieur Rastapopoulos et ses deux putes).
En bref, Mlle. Van de Spock doit apprendre à vaincre sans élans sadiques et perdre sans masochisme compensatoire, garder confiance en elle (et en son tricordeur) rassemblant derrière sa bannière musicale les réfractaires aux talonnettes!
Bref, en plan large ou en plan serré, Ludie on t’aime !

PS. Message personnel ton absence de 8 t’interdit de manière définitive l’usage de la paddle et te confine à la position OTK à jamais ^^

2 commentaires:

Ludivine a dit…

Mais LOL :-) Le Moine-Hérisson a vraiment frappé fort, Ludie a transpondé en personne un message à Starfleet Command Brussels pour leur dire qu'il n'y aurait pas de scoop hebdomadaire cette semaine, le billet du Hérisson méritant d'être à l'affiche toute la sainte semaine.

Sur le fond, Ludie conteste une partie de l'analyse du Hérisson et maintient sa version de l'Homme à la Caméra bien plus tendance diktaturiale, si si...

Biseke émues

Anonyme a dit…

Bof, y'en a une qui est plus schleu, mais l'autre est plus boche, entre les deux, nos corps, pardon, nos coeurs balancent...entre le knout et la cravache. Bref, le débat reste ouvert...