Website Ribbon LDP: Vacuité de la chose politique

mercredi 1 août 2007

Vacuité de la chose politique

Encore un excellent article de R.Anglade sur Betapolitique.
Lors de sa lecture, ne pas manquer de lire le lien vers le commentaire de D.Schneiderman pressentant le piège de la nouvelle "com" Sarkozyste.

Visionnaire le Schneiderman ? Depuis, en tout cas, il a été écarté (trop dangereux car travaillant un peu trop sur le versant "intelligent" de nos cerveaux sans doute) et R.Anglade prèche dans le désert des blogs de l'été... ou l'été désert des blogs... ou les blogs déserts de l'été... ou ... bref.
*
Cela me ramène à un dîner récent et animé où les plus "pros" d'entre nous ont rappelé aux candides (dont je fais partie) que :
- en politique, l'important, c'est l'absence de traces écrites
- en politique, l'important, c'est l'hyper visibilité (relais, images, réseaux ... etc)

*
Exit donc le travail, le débat de fond, le discours...
De toutes façons il n'en reste rien vu que cela n'interesse personne.

*
"Hep ! M'dam, M'dam ! ... Et si on a des idées et envie de les défendre, on fait comment ?"
Je m'interroge...

Songe.

2 commentaires:

I&S a dit…

Ma non, ma non, de même que les plages de Castel Fusano - et non pas Ostia, l'autre piccole... - ne sont pas les plus polluées d'Europe, cf. les plages de notre zolie côte d'azur où l'on achète (enfin, bibi...) à Surfrider le pavillon bleu chaque année alors qu'il devrait être noir... - de même disais-je que Sigmund allait en Italie chaque fois qu'il voulait s'envoyer en l'air avec sa belle-doche sans le regard de gorgone de sa meuf, et bien non, la chose politique a encore et toujours besoin de candides pour :
1. me payer mes vacances, ça s'appelle alors des électeurs
2. réfléchir à des idées et des programmes que je ferai tout pour vendre, genre "elle est fraîche, ma morue, elle est fraîche...".
Certes, entre le Téton parti le feu aux fesses aux Canaries (on voit le résultat...) et l'Altitude qui ne sait pas ouvrir un ordi sans 12 secrétaires cartées bien sûr, on est pas sauvé...
Mais grâce à vous, on va avoir des nouvelles de l'Afrique puisque vous partez jouer aux gros colons pleins de tunes qui investissent chez les biafrés.... Algérie française II le Retour...
Bref, racontez nous Courbevoie, on en est béats - et jaloux, Sigmund n'en dort plus, il veut aussi acheter là bas désormais ! ça vous a pris comment ? Dites ????

I&S a dit…

Et puis, Hiram Powers, c'est d'un laid, c'était sûrement le cousin franmac d'Austin mais on ne le dit pas au musée...
Quant à la sirène, Sigmund vous racontera un jour si il réussit à faire le paparazzi sur sa plage... Et non, trois fois non, point d'Aldo mais du Tadzio dolcégabanné à gogo.... bref, Sigmund retrouve ses émois de vieux pervers sur me sable et on recherche un Séphora pour son rimel... Ma ié l'amo tanto quand mêmo !